Montréal (514) 798-5475
St-Jérôme (450) 431-7737

Chirurgie orthognatique

Le visage joue un rôle important sur le plan esthétique et fonctionnel. Il est l’élément principal de  l’apparence et est responsable de fonctions importantes le maintien d’une bonne santé. En effet, manger, respirer, gouter, parler et sentir sont toutes des fonctions assurées par les différentes composantes du visage.

 

La mâchoire supérieure (maxillaire) et la mâchoire inférieure (mandibule) occupent environ le deux tiers du visage. Ceux-ci soutiennent les dents et ensemble permettent une fonction masticatoire efficace. De plus, le maxillaire et la mandibule assurent un soutien adéquat des tissus mous du visage jouant ainsi un rôle esthétique important. En effet, une relation non harmonieuse entre ces deux os ainsi que les dents (malocclusion) pourraient avoir des conséquences déplaisantes en ce qui a trait la mastication, la respiration et l’esthétique.

 

Importance de la chirurgie orthognatique

Une malocclusion nuit à la fonction masticatoire, ce qui amène des répercussions au niveau de la mastication des aliments. Lorsque les contacts entre les dents du haut et du bas ne sont pas satisfaisants, le broyage et l’incision des aliments ne le sont pas non plus. De plus, des chevauchements dentaires augmentent la difficulté en ce qui a trait au maintien d’une bonne hygiène, augmentant ainsi le risque cariogène et le risque de maladies parodontales.

 

Des malocclusions squelettiques sévères entrainent une disproportion importante entre le maxillaire et la mandibule, ce qui peut affecter la qualité de vie de l’individu. En effet, une mandibule trop petite (micrognathie mandibulaire) peut avoir comme conséquence des troubles du sommeil tels que le ronflement et l’apnée du sommeil. Dans les cas où la lèvre supérieure est trop courte et que la dimension verticale du maxillaire est exagérée, il devient difficile pour l’individu de réussir à fermer ses lèvres ensemble, ce qui peut amener une respiration buccale qui elle, aggravera la situation. En plus, des douleurs à l’articulation temporo-mandibulaire peuvent résulter d’une mauvaise occlusion. Une relation défavorable entre le maxillaire et la mandibule amène des efforts exagérés des muscles de la mastication afin d’améliorer la fonction masticatoire. Cette sollicitation musculaire excessive amène des répercussions négatives au niveau de l’articulation.

 

Finalement, une disproportion entre les mâchoires nuit à l’esthétique du visage. Comme mentionné au début, le maxillaire et la mandibule occupe le 2/3 du visage et donc, des irrégularités à ce niveau seront très évidentes. De profil, un visage convexe (faciès d’oiseau) ou concave est considéré non esthétique et peut avoir des conséquences au niveau de la vie sociale de l’individu.

 

Types de chirurgie

Les trois principales approches pour la chirurgie orthognatique sont :

  • Ostéotomie sagittale mandibulaire bilatérale (OSMB)
  • Génioplastie
  • Ostéotomie Lefort I

 

Ostéotomie sagittale mandibulaire bilatérale (OSMB)

Lors de cette chirurgie, la mandibule est sectionnée derrière les dents afin de la déplacer vers l’avant ou l’arrière.

 

Avancement mandibulaire

La mandibule est sectionnée dans un plan sagittal des deux côtés en arrière de la dernière dent ce qui permet aux deux morceaux de glisser l’un sur l’autre afin de permettre le positionnement de la mandibule à l’endroit désirée.

Ensuite, les deux morceaux de chaque côté sont vissés ensemble avec ou sans plaque.

 

Reculement mandibulaire

Comme pour l’avancement mandibulaire, la mandibule est sectionnée dans un plan sagittal des deux côtés en arrière de la dernière dent afin de permettre le positionnement de la mandibule à l’endroit désiré. Un petit fragment osseux est éliminé afin de permettre à la mandibule de reculer.

Ensuite, les deux morceaux de chaque côté sont vissés ensemble avec ou sans plaque.

Que ce soit pour un avancement ou un reculement mandibulaire, une petite incision de quelques millimètres sur la peau de la joue est souvent nécessaire afin de permettre d’effectuer adéquatement les trous qui recevront les vis ainsi que faciliter l’insertion de ces dernières. Il est important de noter que ces vis sont faites en titane (un matériau biocompatible) et ne déclencheront pas les détecteurs de métaux dans les aéroports.  La gencive est finalement suturée à l’aide de points de suture résorbables. Cette chirurgie peut se faire seul ou conjointement avec une autre chirurgie orthognatique.

 

Génioplastie

Cette procédure implique le déplacement du menton vers l’avant ou vers l’arrière. Le choix dépend majoritairement du fait d’être capable de laisser les lèvres détendues ensemble et de l’impact de l’apparence.

 

Déplacement vers l’avant

L’incision est faite au niveau de la région la plus creuse de la lèvre inférieure ce qui permet de révéler l’os du menton. Ce dernier est ensuite sectionné afin de permettre son repositionnement à un niveau plus avancé.

Le menton est maintenu en positon à l’aide de fils métalliques ou de plaques. La muqueuse est ensuite suturée à l’aide de fils résorbables.

Déplacement vers l’arrière

L’incision est faite au niveau de la région la plus creuse de la lèvre inférieure ce qui permet de révéler l’os du menton. Ce dernier est ensuite sectionné en deux plans convergents vers un même point au niveau de la partie supérieure du menton. Le fragment triangulaire qui en résulte est ensuite éliminé afin de permettre le repositionnement adéquat du menton.

Le menton est maintenu en positon à l’aide de fils métalliques ou de plaques. La muqueuse est ensuite suturée à l’aide de fils résorbables.

 

Ostéotomie Lefort I

Cette procédure implique le maxillaire et son déplacement dans différentes positions. Elle implique le traitement de :

  • Visage long
  • Visage court
  • Béance antérieure
  • Protrusion horizontale du maxillaire
  • Déficience horizontale du maxillaire

 

Visage long

Un sourire qui révèle exagérément les gencives peut être dû à des dents courtes, une lèvre supérieure courte ou une croissance exagérée du maxillaire. Une croissance excessive du maxillaire est reconnue sous le nom du syndrome du visage long. Ce dernier est souvent associé à une béance antérieure et est corrigé par une ostéotomie Lefort I, où le maxillaire est sectionné dans sa partie la plus supérieure.

Le maxillaire sectionné est ensuite fixé plus haut et est maintenu en position à l’aide de vis et de plaques.

 

 

Avant la chirurgie orthognatique

La grande majorité des patients sont référés à notre clinique par des orthodontistes. Ces derniers réfèrent les cas complexes où la chirurgie orthognatique, en plus du traitement orthodontique, peut donner des résultats supérieurs comparativement à un traitement orthodontique seul. Cependant, il arrive que certains patients se présentent à notre clinique sans avoir été référés par un orthodontiste. Dans une telle situation, où une chirurgie orthognatique est envisagée, les patients sont référés à un orthodontiste de la région puisque la chirurgie se fait très rarement sans appareils orthodontiques.

Séquence du traitement

Alignement dentaire à l’aide d’appareil orthodontique

L’orthodontiste va aligner les dents sans se soucier de l’intercuspidation des dents du haut avec les dents du bas. Les dents de sagesse doivent souvent être extraites lors de ce processus. La durée du traitement orthodontique est d’environ 12 à 24 mois et suite à celui-ci, l’orthodontiste va informer le chirurgien lorsque le patient est prêt pour la chirurgie orthognatique. Une autre rencontre avec le chirurgien maxillo-facial est nécessaire afin de réviser la procédure chirurgicale avec le patient. La planification chirurgicale se fait habituellement 1 à 2 semaines avant la chirurgie à l’aide de radiographie, de photos, d’empreintes et de mesures.

 

Chirurgie orthognatique

À l’aide d’une chirurgie en milieu hospitalier, le maxillaire et/ou la mandibule sont réalignés. Par exemple, la mandibule est avancée chez un patient en classe II squelettique. Cette intervention peut exiger de passer une nuit ou deux à l’hôpital suivit d’une période de convalescence à la maison de 2 à 4 semaines.

Orthodontie post-chirurgicale

Habituellement, elle commence 4 à 6 semaines après la chirurgie. L’orthodontiste va ajuster vos dents pour une période de 6 à 12 mois afin d’optimiser l’occlusion dentaire.

Comme vous pouvez le constater, de nombreuses étapes sont nécessaires avant d’arriver au résultat final. La durée de tout ceci peut varier entre 1 à 3 ans ou plus encore en fonction de la complexité du cas. Les broches installées par l’orthodontiste doivent être portées tout au long du traitement afin d’assurer un résultat optimal. De plus, une hygiène exemplaire doit être maintenue durant de tout le traitement.

 

La journée de la chirurgie

Habituellement, la chirurgie débute le matin et se fait sous anesthésie générale. Il existe différents effets secondaires possibles liés à cette dernière, soit :

  • Faiblesse
  • Étourdissement
  • Nausée
  • Dépression (quelques semaines)

La nausée est extrêmement rare et peut être prévenue à l’aide de médications données avant et après la chirurgie. L’anesthésie générale est administrée à l’aide d’une intubation naso-trachéale, c’est-à-dire qu’un tube passe par le nez pour se rendre aux poumons. Un léger mal de gorge dû à l’intubation peut être ressenti pour 1 à 2 jours suite à la chirurgie .

Après la chirurgie orthognatique

Lorsque vous allez vous réveiller, vous allez avoir des élastiques entre vos broches du haut et du bas afin de guider la fermeture de votre bouche. Puisque vous allez éprouver de la difficulté à ouvrir pleinement la bouche durant les premiers jours, il est suggéré d’adopter une diète molle ou liquide durant ce temps. Malgré ceci, vous allez être capables de bien respirer et parler. La douleur postopératoire est habituellement bien contrôlée par l’utilisation d’analgésique sous forme liquide pris oralement ou par voie intraveineuse.

 

Les élastiques seront en place pour une durée d’environ deux semaines et une guérison d’environ 6 à 8 semaines est nécessaire avant de pouvoir mastiquer normalement et de revenir à votre diète habituelle.

 

Après votre opération, il est important de boire beaucoup de liquide clair. Une quantité adéquate de liquide est nécessaire afin de stopper les effets des produits injectés lors de l’anesthésie générale.

 

Une hygiène dentaire impeccable est très importante (brossage 4 à 6 fois par jour) suite à une chirurgie orthognatique. Le brossage doit être effectué directement sur les dents. En plus du brossage, un rince-bouche, habituellement à base de Chlorhexidine (Savacol), devra être utilisé.

PRENDRE RENDEZ-VOUS EN LIGNE
ou par téléphone
Montréal (514) 798-5475
St-Jérôme (450) 431-7737

Questions et réponses sur la chirurgie orthognatique

Poser une question

Laisser un commentaire sur la chirurgie orthognatique

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont infiqués par un astérisques (*)

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Questions et réponses sur la chirurgie orthognatique

Que se passe-t-il après une chirurgie orthognatique?

Voici les procédures à suivre après une chirurgie orthognatique afin de vous assurer d’une guérison optimale de votre blessure. Lorsque vous allez vous réveiller, vous allez avoir des élastiques entre vos broches du haut et du bas afin de guider...

Chirurgie orthognatique – préparations pré-opératoires

La chirurgie orthognatique demande une préparation rigoureuse et le succès de l’intervention est grandement lié à la qualité de celle-ci. La préparation débute plus d’un an avant l’intervention avec l’alignement des arcades dentaires par orthodontie. Préparation orthodontique : Pour être en...

Poser une question sur la chirurgie orthognatique

Voir plus de questions sur la chirurgie orthognatique

Commentaires de patients sur la chirurgie orthognatique

Annie Gaulin Beauchesne

Une expérience positive du début à la fin !!! Des soins attentionnés et personnalisés ... Une équipe compétente avec qui on se sent en confiance...

En savoir plus »

Voir tous les commentaires sur la chirurgie orthognatique